• Author:Luk
  • Comments:0

Fabienne Brion sur le livre "Salée est l’eau de l’amer" de Souad Fila

Fabienne Brion, professeur à la Faculté de droit et de criminologie de l’UCL, Islamologue

Et salées, les larmes de l’enfant tôt confrontée à la prison où elle rend visite à sa sœur et à ses frères.
Heures solitaires passée dans le train, vers Malines, Arlon, Verviers, Bruges… là où la conduit le hasard des transferts
Attentes. Parloirs.
Autres heures solitaires pour rentrer à Bruxelles où l’attendent sa mère, et les autres sœurs, et les autres frères.
Espoirs et désespoirs notés à la hâte sur un morceau de papier ou confiés le soir à un cahier. Trouver le courage d’annoncer au frère détenu la mort du père loin des siens, au Maroc où il a été renvoyé, dans un murmure. Trouver le courage d’être, encore et encore, la messagère entre ceux qui souffrent dans les murs et ceux qui souffrent hors les murs. Il faut lire d’urgence ces mots aujourd’hui publiés.
Les lire absolument, pour ne plus jamais oublier que le problème de la prison n’est pas seulement celui de la surpopulation que la prison est un problème indépendamment de la surpopulation.
Souad médite, et ses médiations sont un antidote puissant aux mots qui tuent l’indignation, un antidote puissant aux mots de la déshumanisation
« Criminel », bien sûr, mais aussi – en parlant des détenus – « stock carcéral », « statistiques de stock », « statistiques de flux »…
Ces mots nous aveuglent ; le livre de Souad nous rend la vue. »

No tags